Abeilles, Mellifères et Compagnie

Le printemps, c’est le réveil d’un grand nombre d’êtres vivants, dont l’activité s’était tranquillisée, mise au repos ou à l’arrêt pendant l’hiver. Le printemps, c’est le début d’un nouveau cycle. Celui des semis, des semis de plantes potagères, mais aussi des semis de fleurs. De fleurs… mellifères ! FOCUS :
Qu’est-ce qu’une plante mellifère? C’est une plante qui produit du pollen ou du nectar. Au cours de la reproduction, le pollen est transporté depuis les organes de reproduction mâle (les étamines) vers les organes de reproduction femelle (les pistil) : c’est la pollinisation.
Une grande partie des plantes à fleurs sont pollinisées grâce à des insectes pollinisateurs. Des plus connus, citons l’abeille à miel (Apis mellifera), mais dans la grande famille des pollinisateurs, on retrouve aussi les abeilles sauvages dont les bourdons, les papillons, mais aussi certaines mouches ou encore des coléoptères. Dans le monde, on recense plus de 20 000 espèces d’abeilles, dont 1 millier en France.
Une grande partie des plantes à fleurs sont des plantes mellifères. Elles fournissent le nectar et le pollen nécessaires à l’alimentation des pollinisateurs, qui au passage assurent… la pollinisation des plantes ! Ainsi, 90% des plantes à fleurs sauvages sont pollinisés par des insectes (et parfois des oiseaux et chauves-souris!). Dans l’agriculture, 75% des plantes cultivées à l’échelle du Monde dépendent intégralement ou en partie de la pollinisation. Citons par exemple le cacao, le café ou l’avocat, mais plus localement les kiwis, les cucurbitacées, les carottes, les tomates, les fraises ou encore les arbres fruitiers (pommes, poires…). C’est vous dire comme ces pollinisateurs sont importants pour l’être humain !
Nous pourrions faire un article immense sur les enjeux liés aux insectes pollinisateurs. Aujourd’hui, les études scientifiques démontrent une chute d’environ 80% des populations d’insectes au niveau mondial. Pour l’humain, c’est 35% du volume de production agricole total qui est menacé par l’effondrement des pollinisateurs. Aborder le problème de la disparition des pollinisateurs, c’est toucher aux problèmes plus larges et plus profonds de notre manière de produire de la nourriture, de prendre soin de notre santé et de celle de notre environnement.
Pour participer à préserver les insectes pollinisateurs, on peut commencer par réfléchir à son alimentation et aux modes de production agricole (pesticides, disparition des haies, etc.) ou encore réfléchir à l’urbanisation intensive. Au jardin, on peut tout simplement diversifier les espèces végétales de notre potager et planter des plantes mellifères.
Allez hop, un petit coup de pouce, pour les pollinisateurs, et un sacré plus pour nos yeux ! Voici venu le printemps et l’émerveillement, la joie de voir sous nous yeux tout ce petit monde butiner. En ce moment, vous verrez fleurir ici et là jacinthe, géranium, myosotis, bourrache, arbres fruitiers.
En fonction de vos sols et du climat, il y a plusieurs plantes à semer ou planter en ce moment. Si vous avez de l’espace, n’hésitez pas à planifier des plantes dont les floraisons se succèdent, afin d’offrir pollen et nectar à nos pollinisateurs toute la saison. Favorisez les plantes locales.
– Semez en pleine terre : la bourrache, le fenouil*. En godet ou en barquettes, sous abris: les capucines, les cosmos, les tournesol, zinnia, géranium vivace*, la lavande*, la sauge*, l’achillée millefeuille*. Il commence à être un peu tard pour les bleuets et les coquelicots, les asters* … mais vous pouvez essayer!
* : plantes pérennes
En bonus, voici un joli podcast de l’émission Bon Plants pour vous réconciliez avec les pollinisateurs: https://soundcloud.com/bonsplants/se-reconcilier-avec-les-pollinisateurs
Enfin, pour les jardinier-es, nos camarades de la Sauge et de l’Agronoaute, ont concocté un programme hebdomadaire pour garder la main verte. Retrouver les activités sur leur page facebook: https://www.facebook.com/lagronaute/posts/
Aujourd’hui, débute un cours en ligne sur l’agriculture urbaine intitulé «Comment porter un projet professionnel en agriculture urbaine ? » (durée de 6 semaines, 2h/semaine) https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:LesColsVerts+166001+session01/about
N’hésitez pas à commenter et partager toutes vos réflexions ou expériences.
Bon jardinage et belle semaine !
Source: Pollinisation, biodiversité et avenir de l’humanité – Paul Fert et hubert Reeves, Permagaïa: 1er septembre 2018
Crédits photos: Léo Mouillard-Lample

Les commentaires sont fermés